• Non classé

    Accompagner les femmes

    D’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours aimé prendre soin des autres : de ma famille, de mes amies, de mes animaux…j’ai toujours eu cette mission de sauveur à l’intérieur de moi, cette petite voix qui me disait « tu dois t’en occuper, le soutenir, c’est ton devoir »…Je me rappelle qu’au collège j’ai eu plusieurs amies proches qui faisaient des dépressions, qui étaient mal dans leur peau, en difficulté scolaire, mal dans leur famille. Je me devais de les écouter, les soutenir, demander de l’aide aux adultes en qui elles pouvaient avoir confiance. Je me sentais bien lorsqu’elle se sentaient bien. J’ai grandi, j’ai gardé cette mission de sauveuse puisque…

  • Non classé

    Le rapport au corps

    Il y a peu, j’ai participé à un cercle de femmes « Le corps et la sexualité ». Je m’étais inscrite d’abord parce que la sexothérapeute qui l’organisait avait une approche qui me plaisait, pour échanger, rencontrer d’autres femmes et parce que le sujet m’intéressait. Un cercle de femmes est un cadre intime où chacune peut si elle le souhaite déposer sa parole, nous devons toutes avoir une écoute attentive, nous n’attendons pas de réponse à nos paroles. Ce qui m’a le plus touché, ce sont les émotions, les vibrations de chacune que j’ai pu ressentir à travers un écran. Nous étions là, face pour la plupart à des inconnues et nous…

  • Non classé

    L’amertume ou devoir sortir de sa zone de confort

    C’est la rentrée, il est temps de laisser les enfants à l’école et de se remettre au boulot. Depuis quelques jours je sens comme un sentiment d’amertume (Sentiment mêlé de découragement et de rancœur, éprouvé à la suite d’un échec, d’une désillusion). Cette désillusion éprouvée à la suite de cette année qui vient de s’écouler et qui n’a pas été fructueuse en terme professionnelle. J’ai le sentiment de ne pas en avoir fait assez, par peur, par négligence, par procrastination..Se lancer sans filet, sortir de sa zone de confort c’est difficile, bien plus que je ne l’aurais imaginé, peut être que je n’étais pas prête pour l’auto entreprenariat? Peut être…

  • Non classé

    Alexandra

    Comme je vous l’ai déjà dit, j’ai exercé pendant 10 ans en institution auprès d’enfants polyhandicapés. 10 années durant lesquelles j’ai été confronté au handicap, à la douleur, aux corps déformés, aux détresses respiratoires, aux crises d’épilepsie mais surtout aux sourires, à la force, au courage et à l’amour. Lorsque j’ai commencé à faire ce métier et que je suis entré dans l’institution, la première personne que j’ai vu a été Alexandra. Je pensais faire mon premier stage dans un Insitut Médico Educatif (auprès d’enfants porteurs d’handicaps légers) mais je suis arrivée auprès d’enfants lourdement handicapés et je n’avais que quelques connaissances sur le handicap moteur. Alexandra était recroquevillée dans…

  • Non classé

    L’impression de tourner en rond

    Comme je l’ai déjà dit dans un précédent article, je me suis lance dans l’auto entreprenariat en septembre 2020. Mon activité peine à se mettre en place alors bien sûr je me dis que c’est parce que je ne fais pas les choses correctement, que je ne suis pas légitime d’avoir lancé ça, que je ne travaille pas assez, bref que je tourne en rond…Le moral n’est forcément pas très bon, le sommeil non plus…et toute la famille en pâtit, ajoutez à cela un énième confinement avec des enfants en école à la maison et en pseudo-vacances et vous avez mon humeur de ces derniers jours (pardon semaines…) Ça va,…

  • Non classé

    Etre soi

    Cet article s’adresse à toi, la wonder woman qui s’ignore, à toi qui voudrais oser mais qui est coincée par ces foutus diktats de la société, ces cases dans lesquelles nous devons forcément entrer pour être quelqu’un. Etre soi, se moquer des codes, prend du temps, demande à ce que tu te connaisses bien, à ce que tu soies prête à ne plus avoir peur du qu’en dira-t-on. Je m’autorise (presque) à être moi depuis que j’ai ré entamé un suivi psychologique il y a 2 ans, j’ai changé de thérapeute, de méthode et j’ai appris à me faire confiance, à exprimer davantage mes émotions, à ne pas avoir peur…

  • Non classé

    Faire confiance à son intuition

    En tant qu’hypersensible, je fais les choses, je vis les choses avec mon mental mais aussi et surtout avec mon coeur. Ecouter son intuition, se faire confiance n’est pas forcément simple, ça m’a demandé du temps, de l’énergie, de changer certains mécanismes bien ancrés mais que ça fait du bien quand enfin j’y parviens! Quel bonheur de me rendre compte que je me suis écoutée pour démissionner, pour ne pas me mettre la pression de vendre à tout prix. Je ne fais pas partie de ceux qui ont la fibre commerciale, alors quand je dois faire la communication de mon activité c’est difficile, c’est énergivore, ça me demande beaucoup. Il…

  • Non classé

    Ne pas choisir et aimer ça

    Quel drôle de titre!! Pourquoi ce titre? J’avais envie d’écrire, de me livrer sur ma peur de choisir, de renoncer, sur mon besoin de non choix, sur le fait que ça puisse parfois gêner mon entourage et me jouer des tours… Je pense que ce non choix vient du fait que je déteste les conflits, choisir c’est renoncer: à des amis, à un poste, à un lieu de vie… Petite, j’étais celle qui était trop gentille, qui ne savait pas dire non et qui, lorsque ses amis se disputaient, était au milieu, de peur d’être rejetée par l’un ou l’autre, ne faisait pas de vagues pour toujours avoir le privilège…

  • Non classé

    Exprimer ses émotions

    Depuis mon burn out, j’ai ré entrepris un travail sur moi, avec une kinésiologue puis une thérapeute qu je voyais d’abord toutes les semaines puis tous les 15 jours…Ces spécialistes m’ont aidé à mettre des mots sur mes émotions, à ne pas garder pour moi, à ne plus avoir honte d’être triste, en colère… Souvent je n’ose pas m’exprimer par peur que les autres pensent que j’en rajoute, ou que mes propos ne seraient pas appropriés « pourquoi est-elle triste alors qu’elle a un toit, un mari, des enfants et suffisamment d’argent pour ne pas se poser de questions? » Pourtant lors de ma dernière séance, je suis arrivée lasse, sans pouvoir…

  • Non classé

    La peur de l’abandon

    D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu plaire : à mes parents, à mes amis, mes profs puis mes petits amis…Je ne voulais pas faire de vague, de peur que les autres ne m’aiment plus et m’abandonnent… D’où vient ce besoin d’appartenir à un groupe, de se sentir valorisée aux yeux des autres? De faire pour les autres et pas pour moi…Souvent les gens ne me connaissent pas vraiment pour qui je suis au fond de moi car je n’ose pas leur montrer ce qu’il y a derrière ma carapace…Une femme fragile, qui manque de confiance, qui se bat contre ses démons, contre ce sentiment d’être à part…